Les jeux et les railleries

Plus de deux siècles, mais il ne fait pas son âge

Les jeux et les railleries

Aux siècles derniers, on jouait beaucoup dans les cafés et, même si cela était interdit, les jeux de hasard ne manquaient pas. Il en était ainsi dans tous les cafés de la ville, ou plutôt, dans tous les cafés de toutes les villes. Au Fiorio aussi, bien sûr. Dans ses salles, on jouait des fortunes entières et, quand on perdait, la règle était: « dettes de jeu, dettes d’honneur ». La police veillait, dressait des rapports réservés, réprimait, mais sans beaucoup de succès. A plus forte raison au Fiorio où, à cause de la respectabilité aristocratique de sa clientèle, on se couvrait réciproquement et l’on comptait des amis dans les bureaux qu’il fallait.

Il y avait aussi ceux qui trichaient. Le fait d’être découverts comportait des traitements différents selon que l’on était noble ou bien bourgeois. Un jeune avocat s’en aperçut à ses dépens. Il était au Fiorio, en train de jouer au «Goffo» et il essaya de tricher, mais il fut découvert, malmené, insulté, chassé du Café, poursuivi le long des arcades de la via Po. Sa carrière, prometteuse la veille encore, fut compromise. Honteux, il se réfugia à Suse, où un prêtre lui conseilla la vie religieuse. L’avocat, convaincu, étudia et entra dans les ordres. On raconte que ses homélies du dimanche étaient très appréciées: après tout, ne s’agissait-il pas d’un ancien avocat? Mais cela ne dura pas. Il demanda une dispense à son évêque, renonça à la soutane et se maria. On perdit ses traces. Une vie radicalement déroutée sur d’autres voies, uniquement pour avoir triché à la table du Fiorio!

Pour un tricheur qui était pincé, il y avait de nombreuses autres personnes tout à fait respectables qui se consacraient à des jeux plus tranquilles et réfléchis. Parmi celles-ci, il y avait précisément Camillo Benso di Cavour qui, au Fiorio, recueillit non seulement les adeptes pour son Cercle du Whist et des Echecs, mais y tint aussi, au mois de mars 1841, la première réunion officielle. Certains auteurs estiment que son Cercle était, en réalité, une façon de sélectionner une élite politiquement plus homogène. Une sorte de paravent et c’est ainsi que, entre une partie et l’autre, on jetait les bases de la politique nationale.

Adresse
Via Po, 8 Torino 10121
Téléphone
+39 011 817 3225
Courrier
info@caffefiorio.it
Web
http://www.caffefiorio.it

Il sito Caffè Fiorio o gli strumenti terzi da questo utilizzati si avvalgono di cookie necessari al funzionamento per assicurarti la migliore esperienza di navigazione. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie, clicca qui e consulta la Cookie Policy.

Chiudendo questo banner cliccando sul bottone accetto, scorrendo questa pagina o cliccando su un altra pagina, acconsenti all’uso dei cookie.

EU Cookie Directive Plugin Information